Alors que des cibles ambitieuses ont été fixées dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD), l’OMS s’inquiète de la lenteur des progrès en matière d’assainissement de l’eau.

Le cri d’alarme de l’OMS

Dans un rapport publié ce jeudi 13 avril 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète de la lenteur des progrès en matière d’assainissement de l’eau. Selon l’organisme des Nations unies, « près de 2 milliards de personnes utilisent une source d’eau potable contaminée par des matières fécales, ce qui les expose au risque de contracter le choléra, la dysenterie, la typhoïde et la poliomyélite ».

Alors que les pays avaient pris l’engagement de garantir un accès universel à l’eau potable et d’assainir l’eau dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU, l’OMS considère que ces objectifs ne pourront être atteints si les investissements ne sont pas considérablement augmentés. Elle rappelle ainsi les estimations de la Banque mondiale selon lesquelles « pour atteindre les cibles mondiales des ODD, les investissements pour les infrastructures doivent tripler et atteindre 114 milliards de dollars (US $) par an, chiffre qui n’inclut pas les coûts de fonctionnement et d’entretien ».

Assainissement de l’eau : un enjeu de santé publique

D’après l’OMS, « l’eau de boisson contaminée est à l’origine de plus de 500 000 décès par diarrhée chaque année et représente un facteur majeur dans la propagation de plusieurs maladies tropicales négligées, parmi lesquelles les parasitoses intestinales, la schistosomiase et le trachome ».

Alors que 80 % des pays indiquent que le financement en faveur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène reste insuffisant pour atteindre les cibles définies, la question de l’accès et de la sécurité de l’eau devient un véritable enjeu de santé publique, notamment dans les pays en développement.   

Lisez aussi : Économiser l’eau de vos toilettes