Une mauvaise alimentation est la source de 11 millions de morts dans le monde, selon une étude publiée par The Lancet. Les chercheurs estiment que la population mondiale devrait manger moins de viande rouge, de sel et de sucre.

Une mauvaise alimentation responsable de 11 millions de morts 

En 2017, 11 millions de décès dans le monde, soit un sur cinq, sont attribuables à un mauvais régime alimentaire, selon une étude menée par 130 chercheurs de l'Institute of Health Metrics and Evaluation à Seattle et que publie, mercredi 3 avril, l’hebdomadaire médical The Lancet. Pour prendre la mesure de ces chiffres, le tabac est responsable de 8 millions de morts chaque année.

Parmi les facteurs de risque figurent le sel, un apport insuffisant en céréales complètes et une ration quotidienne trop basse en fruits. La quasi-totalité de ces décès a été provoquée par des maladies cardiovasculaires et le reste par des cancers et le diabète de type 2, souvent associés à l'obésité et aux modes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée).

Les boissons sucrées, la viande transformée et le sel trop consommés

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont étudié les habitudes alimentaires dans 195 pays. Dans leurs conclusions, ils estiment que les principales carences dans l'alimentation mondiale concernent les noix et les graines, le lait et les céréales complètes. En revanche, les boissons sucrées, la viande transformée et le sel sont trop consommés.

Sans surprise, l'étude met en évidence de grosses disparités selon les pays : l'Ouzbékistan et l'Afghanistan sont ceux avec les plus importants taux de décès liés à une mauvaise alimentation. En revanche, Israël, la France, l'Espagne et le Japon sont ceux où cette proportion est la plus faible.

À lire aussi : 13 cancers seraient directement liés au surpoids et à l'obésité